Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

32 articles avec communiques de presse cnr

Communiqué commun CNR/INDECOSA-CGT

Publié le par Convergence Nationale Rail

Partager cet article

Repost 0

L'atmosphère est malade ! Un remède : le rail public !

Publié le par Convergence Nationale Rail

Partager cet article

Repost 0

Les cars Macron, ça ne "marche" pas !

Publié le par Convergence Nationale Rail

Paris, le 16 novembre 2016

COMMUNIQUÉ

 

Les cars Macron, ça ne « marche » pas !

 

Dans L’homme qui rit (1869 !), Victor Hugo fait dire à son héros Gwynplaine, rendu infirme par la cupidité des hommes, riches et moins riches : « C’est l’enfer des pauvres qui fait le paradis des riches ».

Pauvre Victor Hugo qui peut se retourner dans sa tombe au constat de l’appétence de nos gouvernants à construire prisons et « centres de rétention » (sic), et à celui du fait que, 147 ans plus tard, l’on construit toujours le paradis des riches sur l’enfer des pauvres.

Pour permettre l’avènement des nouveaux millionnaires dont il souhaitait s’entourer pour satisfaire ses ambitions personnelles, M. Macron a inventé les « autocars pour les pauvres », mis en place grâce aux manœuvres antidémocratiques du gouvernement.

Comme on ne fait jamais de profit que sur les « pauvres », les ambitions capitalistiques se sont vite manifestées à travers les Mégabus, Isilines, Flexibus… et bien sûr Ouibus, la direction de la SNCF ne rêvant de ruiner le trafic ferroviaire pour mieux justifier la disparition du chemin de fer public.

Objectif en partie atteint : les cars Macron, en dépit de leur fonctionnement aléatoire,  ont mordu sur le trafic ferroviaire que l’incurie gouvernementale se charge par ailleurs de mettre à mal.

Au prix de quels artifices, que nous avions d’ailleurs pressentis et dénoncés en leur temps ?

Au prix d’artifices financiers (en particulier le recours effréné à la sous-traitance) porteurs de leur autodestruction.  Ainsi, aux dépens des finances publiques, l’entreprise SNCF largement déficitaire d’abord dans l’exploitation de ses ID-Bus puis de ses Ouibus, a-t-elle tenté de renflouer en puisant des dizaines, des centaines de millions d’euros dans les caisses et cela au détriment du ferroviaire.

Au prix de l’exploitation effrénée des travailleurs. Le dumping social pratiqué en Allemagne sur les chauffeurs de bus (au fait… la Deutsche Bahn abandonne la plupart de ses services de cars !) s’est propagé en France, passant des chauffeurs de poids lourds aux chauffeurs d’autocars. D’où les mouvements sociaux de protestation de la profession, comme ceux des salariés de Mégabus que nous soutenons.

Déjà, dans une belle logique capitaliste, les entreprises autocaristes se dévorent entre elles. Pour que quelques actionnaires puissent s’empiffrer afin de mieux suivre M. Macron dans sa « marche », les salariés licenciés font les frais de cette « réorganisation de la profession », formule hypocrite pour dire que le paradis des riches se construit une fois de plus sur l’enfer des pauvres.

Non ! Démocratiquement, socialement, écologiquement, financièrement, humainement surtout, les cars Macron, ça ne « marche » pas.

Le Bureau de Convergence Nationale Rail

Partager cet article

Repost 0

Pour un service public ferroviaire réhumanisé

Publié le par Convergence Nationale Rail

On trouvera ci-dessous un article paru ce mercredi 17 février dans L’Humanité sous la signature de la CNR
et présentant – en raccourci – un aperçu de la situation actuelle, en particulier au moment où:
- La SNCF continue de tout faire pour démanteler les services !
- certains présidents de régions (de Normandie par exemple ...) se précipitent pour récupérer les Intercités !! (en échange de quoi ??)
- et d’autres (parfois, souvent, les mêmes!) se disent prêts à livrer le Ferroviaire à la concurrence
(on peut consulter la plupart des prises de positions à ce sujet des derniers présidents élus sur le site du TDIE (de MM. Duron et Nègre!!)
http://www.tdie.eu/publications/regionales-2015.html
C’est édifiant !!
et, langue de bois, quand on ne dit pas “ouverture à la concurrence” on parle de “délégation de service public sur appels d’offres”!!
- Au moment aussi où le gouvernement (Ministère des Transports) s’apprête à faire ses premières annonces sur le sort qu’il réserve aux Intercités ... sans avoir consulté toutes les parties intéressées!
Le “bruit court” que le Ministère livrerait à la concurrence le Paris-Briançon de nuit (fort maltraité depuis plusieurs mois par la SNCF.... alors que le Ministre écrivit textuellement le 7 juillet ce qui suit !!!
L’analyse de la commission a permis d’identifier des lignes indiscutables, en raison de
l’absence d’une offre alternative suffisante pour les territoires concernés.
- Les lignes de nuit Paris-Briançon, et Paris-Rodez / Latour de Carol en font partie et
seront donc maintenues dans le cadre de la prochaine convention entre l’Etat et
SNCF Mobilités.
Partout dans nos régions continuons d’être vigilants ... et préparons les ASSISES DU SERVICE PUBLIC FERROVIAIRE
 
Lire ci-dessous l'article paru dans  L'Humanité
 
Pour un service public ferroviaire réhumanisé

Partager cet article

Repost 0

Avec les encouragements du Gouvernement, la SNCF tape de nouveau dans la poche des usagers

Publié le par Convergence Nationale Rail

La SNCF vient de décider unilatéralement d'instaurer des frais (de 5 à 15 euros!) pour échange de billets TGV...

Scandaleux! on pénalise les citoyens alors que ....

 

... la SNCF ne veut surtout pas s'attaquer au problème de fond qui vient des agences de voyage qui prennent des réservations plusieurs mois à l'avance, notamment sur les TGV les plus remplis et qui remettent la veille ou le jour même ce qu'elles n'ont pas vendus, il est scandaleux que ce soit l'ensemble des voyageurs qui supportent cette anomalie, mais pour critiquer les agences de voyage, il faudrait par ailleurs que la SNCF ne fasse pas la même chose avec sa propre agence : SNCF voyage.com !

 

Lire, télécharger et diffuser notre communiqué ci-dessous

Partager cet article

Repost 0

"Oui-Oui" n'aime pas le train !!

Publié le par Convergence Nationale Rail

"Oui-Oui" n'aime pas le train !!

Suite à la mise en place par la SNCF de ses "Ouibus" succédant aux ID-Bus, dans le cadres des effets désastreux de la loi Macron, préfiguration de la destruction du Service Public Ferroviaire, on trouvera en pièce jointe le COMMUNIQUE de presse intituilé "Oui-Oui" n'aime pas le train"... dont voici les premières lignes:

 

"« La » SNCF est décidément en train de devenir tout sauf une entreprise de transport ferroviaire et encore moins un Service public ferroviaire.

Une première démonstration en a été faite avec le transport de marchandises. Profitant de l’ouverture à la concurrence de 2006, la SNCF a largement contribué à faire chuter la part  modale du transport ferroviaire de 15% à 8% … ce qui lui a permis devenir le premier transporteur… routier ! (Géodis SNCF).

Madame Royal, Monsieur Hollande, arrêtez de culpabiliser les citoyens à la moindre occasion, arrêtez votre cinéma autour de la COP21, dessillez vos yeux obturés ..... "

 

Pour le lire en entier, l'imprimer, le diffuser, cliquer sur le lien suivant:

 

En cette période d'avant "COP 21", interpellons tous les élus sur leur volonté réelle de

développer des transports non polluants, le Rail en particulier!!

 

En cette période pré-électorale, interpellons tous les candidats aux postes de responsablités régionales sur leur volonté de maintenir et de développer un 

SERViCE PUBLiC FERROViAiRE DE QUALiTE !!

Partager cet article

Repost 0

Le gouvernement ne cherche qu’à gagner du temps pour brader le ferroviaire national!

Publié le par Convergence Nationale Rail

Le gouvernement ne cherche qu’à gagner du temps pour brader le ferroviaire national!

Le Ministre des Transports donnait hier 7 juillet une conférence de presse sur l'Avenir des Trains d'Equilibre du Territoire (Trains "Corail")...

 

La "Feuille de route " du gouvernement ressemble fort à un catalogue de moyens mis en oeuvre par l'Eat pour se débarrasser des Trains "Intercités"...

 

Lire, et télécharger, ci-dessous notre COMMUNIQUE de PRESSE en réponse aux intentions gouvernementales 

 

 

Partager cet article

Repost 0

TRAINS CORAILS : ATTENTION AUX CONCLUSIONS LIBÉRALES de la « COMMISSION DURON »

Publié le par Convergence Nationale Rail

TRAINS CORAILS : ATTENTION AUX CONCLUSIONS LIBÉRALES de la « COMMISSION DURON »

A l’heure où il apparaît que la “Commission Duron”, commission parlementaire chargée d’étudier “L’avenir des Trains d’équilibre du territoire” (Intercités, Trains Corail”) semble s’orienter vers des conclusions très libérales,

Convergence Nationale Rail vient de publier un Communiqué repris en Tribune dans le jounal L'Humanité de ce 22 mai 2015

 

Nous serons particulièrement attentifs lors de la présentation officielle du rapport définitif de la Commission et nous invitons tous les défenseurs du Service Public Ferroviaire à se mobiliser d'ores et déjà ... notamment lors du Rassemblement

"Guéret 2015"

des

13 et 14 juin prochains.

 

La Tribune parue dans L'Humanité du 22 mai 2015 - Pour une lecture et une impression plus faciles, télécharger le texte avec le lien suivant

La Tribune parue dans L'Humanité du 22 mai 2015 - Pour une lecture et une impression plus faciles, télécharger le texte avec le lien suivant

Partager cet article

Repost 0

Tous à Guéret pour la défense du Service Public

Publié le par Convergence Nationale Rail

Tous à Guéret pour la défense du Service Public

Tous à Guéret pour la Défense du Service Public ferroviaire

Et de tous les Services Publics

 

Convergence Nationale Rail, portant la parole de plus de 75 Associations (Collectifs pluralistes, Collectivités, organisations syndicales ...) sur tout le territoire…

Dénonce la décrépitude organisée par la SNCF et les pouvoirs publics du réseau ferroviaire national, à savoir, depuis plusieurs années déjà :

  • Des lignes non entretenues ou carrément laissées à l’abandon
  • Des gares, de voyageurs ou de marchandises, fermées
  • Des points d’information et de vente de titres de transports de moins en moins nombreux
  • Une tarification erratique et abusive en constante augmentation
  • Une baisse catastrophique du trafic ferroviaire de marchandises depuis l’ouverture ce celui-ci à la concurrence, avec pour effet un accroissement des risques et de  la pollution engendrés par les trafics routiers
  • Le vieillissement des matériels roulants non renouvelés
  • La réduction des trafics de voyageurs en fréquence et en qualité
  • La déshumanisation des services par suppression de la présence des agents dans les trains, dans les gares
  • La disparition de nombreux emplois ferroviaires non remplacés

Et plus particulièrement l’aggravation prévisible de ces phénomènes, sous les menaces pesant aujourd’hui sur tout le réseau :

  • C.-à-d., la désarticulation du réseau national par la suppression programmée par la SNCF de plus d’un tiers des liaisons d’équilibre du territoire (dites Intercités » : les trains « Corail »)
  • C.-à-d., leur report, plus qu’aléatoire sur des Régions déjà exsangues financièrement
  • C.-à-d., leur remplacement par des liaisons routières (les « autocars pour les pauvres » de la loi Macron), nouvelles sources de dangers et de pollution, l’année où l’on prétend discourir en France sur le développement durable
  • C.-à-d., la volonté d’introduire – en anticipant même les desiderata de la Commission Européenne – la concurrence dans tous les secteurs du système ferroviaire français. Rien d’étonnant d’ailleurs, puisque la loi d’orientation ferroviaire du 4 août 2014 a été conçue pour « préparer à la concurrence » !
  • C.-à-d., la ruine de l’industrie ferroviaire française, déjà à court de commandes… 

 

Au nom de l’Unité nationale, de l’égalité entre tous les citoyens, de la liberté de circuler, de la résistance aux ambitions des vautours capitalistes de ce côté de l’Atlantique ou de l’autre côté, via les traités « TAFTA », qui ne visent qu’à s’emparer du Bien commun de la Nation,

Pour défendre plus que jamais la notion de Service Public,

 

Convergence Nationale Rail revendique :

 

  • Le rétablissement d’un Service Public Ferroviaire unitaire, sous l’égide la Nation
  • Une couverture ferroviaire nationale de tous les territoires français, sous la responsabilité unique d’un seul opérateur national
  • Une plus grande accessibilité au train pour tous : des liaisons, des dessertes, des correspondances appropriées entre des réseaux ferroviaires dépendant d’un seul Service Public National
  • Une tarification socialement accessible à tous les citoyens
  • Une amélioration de la qualité des services en termes de confort, de régularité, de sécurité, de sûreté…

 

C’est pourquoi Convergence Nationale Rail et plusieurs des Collectifs qui la composent seront présents à Guéret, à côté de tous les défenseurs du Services Publics et du Bien Commun national, sous l'égide de la

Convergence Nationale des Collectifs de Défense

et de Développement des Services Publics

lors des journées des 13 et 14 juin 2015 consacrées à la Défense des Services Publics. 

Partager cet article

Repost 0

Pour une Petite Ceinture ferroviaire

Publié le par Convergence Nationale Rail

Pour une Petite Ceinture ferroviaire

Pour la réouverture ferroviaire de la Petite Ceinture

 

Suite à la parution dans la presse de divers articles sur la Petite Ceinture ferroviaire, notamment relatifs à un projet de protocole entre la Ville de Paris et la SNCF, notre association Convergence Nationale Rail s’interroge sur les véritables intentions des protagonistes.

Cette infrastructure, capitale pour la région IDF il faut le rappeler, fait partie du réseau ferré national.

Au moment où les pics de pollution sont particulièrement nombreux sur l’IDF, le protocole envisagé pour permettre aux Parisiens de se promener sur la Petite Ceinture ferroviaire est dérisoire pour la santé publique et ridicule aux regards des enjeux.

Laisser penser qu’il suffit de transformer la Petite Ceinture en promenade pour améliorer la qualité de l’air pendant que des milliers de camions par jour continuent de polluer sur le périphérique serait une supercherie. Que l’on regarde comment, par exemple, l’ouverture à la concurrence du fret ferroviaire, si chère au président de la SNCF, a conduit au transfert sur la route de plusieurs millions de camions fauteurs de pollution. 

Les expériences sur certains tronçons « privatisés » de la Petite Ceinture sont édifiantes et vont à l’encontre de la biodiversité. De plus, elles peuvent avoir un caractère irréversible pour certaines et vont à contrecourant du maintien et de la réouverture aux circulations ferroviaires.

Alors que la Ville de Paris prévoit des centres logistiques urbains pour acheminer les marchandises sur le dernier kilomètre par des moyens non polluants, se passer de la Petite Ceinture ferroviaire reviendrait à annihiler cette perspective avec l’acheminement vers ces centres par les axes routiers saturés, responsables d’au moins 40% des émissions toxiques.

Pour Convergence Nationale Rail, des solutions existent pour transporter à la fois des voyageurs-usagers et des marchandises sur la Petite Ceinture par des moyens techniques modernes non polluants, non bruyants, pouvant s’intégrer dans le milieu urbain, et permettant par ailleurs de « désaturer » certains transports publics.

À l’aube de rendez-vous comme la COP 21, voire les JO ou l’Exposition Universelle, le protocole soumis au vote lors du Conseil de Paris le 13 avril prochain doit être plus ambitieux en prenant en compte la réouverture ferroviaire de la Petite Ceinture.  

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 > >>