Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Communiqué du collectif de défense des axes ferroviaires du Sud Normandie

Publié le par Convergence Nationale Rail

Partager cet article

Repost0

Signez les pétitions pour l'amélioration du service public ferroviaire dans les Alpes Maritimes !

Publié le par Convergence Nationale Rail

Publié dans pétition

Partager cet article

Repost0

Le bras de fer pour le rail en Occitanie relaté par le Midi Libre

Publié le par Convergence Nationale Rail

Partager cet article

Repost0

Communiqué commun des vice-présidents aux transports de l'Occitanie et du Val de Marne

Publié le par Convergence Nationale Rail

Train des primeurs Perpignan Rungis : la mobilisation doit se poursuivre

Une nouvelle réunion consacrée à l’avenir de la liaison ferroviaire Perpignan-Rungis s’est tenue aujourd’hui à Perpignan. Animée par Marc Papinutti, directeur général des infrastructures, des transports de la mer (DGITM), cette réunion a permis d’acter plusieurs avancées qui devront toutefois être confirmé par la suite.

L’ensemble des participants, représentants de l’Etat en tête, ont ainsi convenu qu’il n’était pas souhaitable que le train des primeurs continue à rouler à vide durant la « basse saison » comme cela a été le cas ces deux derniers jours. Pour Pierre Garzon, Vice-Président du Conseil départemental du Val de Marne (PCF) « c’est une décision de bon sens qui va à l’encontre des directives absurdes d’Elisabeth Borne qui souhaitait démontrer la « bonne volonté » de l’Etat et de la SNCF sur ce dossier ».

Par ailleurs, une solution de court terme a clairement été identifiée : l’objectif de l’ensemble des parties prenantes est aujourd’hui de poursuivre l’activité du « train primeur » durant une période transitoire au moyen d’adaptations à apporter au matériel roulant. Cette proposition est satisfaisante, toutefois l’accord commercial avec la SNCF reste à concrétiser. Pour Jean Luc Gibelin, vice-président de la Région Occitanie (PCF) en charge des transports, « l’Etat doit soutenir directement le fonctionnement du train des primeurs, c’est un train vital. Le travail doit se poursuivre en comités techniques et dans les comités de pilotage d’ici novembre. »

Ce délai supplémentaire permettra donc aux acteurs économiques, à l’Etat et aux collectivités de travailler sereinement à une solution ferroviaire pérenne de transport combiné entre le marché de Saint Charles à Perpignan et le MIN de Rungis qui pourrait être mise en œuvre en 2020.

La mobilisation du plus grand nombre devra donc se poursuive dans les semaines à venir pour maintenir la pression sur le gouvernement et assurer la reprise de l’activité du « train primeur » en novembre.

 

Jean Luc Gibelin, Vice-Président (PCF) de la Région Occitanie en charge des transports

Pierre Garzon, Vice-Président (PCF) du Département du Val de Marne en charge des transports

Partager cet article

Repost0

Train des primeurs : question écrite du député Stéphane Peu à la ministre Élisabeth Borne

Publié le par Convergence Nationale Rail

Partager cet article

Repost0

Réforme ferroviaire : embouteillages estivaux sur les routes… et aux guichets des gares !

Publié le par Convergence Nationale Rail

On trouvera ci-dessous le texte du dernier communiqué de la Convergence Nationale Rail, qui revient sur les conséquences de la réforme ferroviaire de l'an passé à l'aune des événements actuels à la SNCF.

Partager cet article

Repost0

Remise du Grand Prix du Pollueur 2018/2019 à E. Borne Ministre des transports... routiers !

Publié le par Convergence Nationale Rail

Le 12 juillet 2019, la Convergence Nationale Rail participait à la remise, à l'initiative de la fédération CGT des cheminots, du Grand Prix du Pollueur 2018/2019 à la ministre des transports É. Borne, pour son zèle anti-ferroviaire et sa contribution décision à la défense du lobby routier.

 

Retour ci-dessous en images.

Le Grand Prix décerné à la ministre des transports

Le camion miniature qui récompense la ministre toute dévouée au fret routier

Le président de la CNR aux côtés des syndicalistes cheminots

Des cheminots et usagers rassemblés devant le ministère

Partager cet article

Repost0

La fédération CGT des cheminots dénonce le désengagement de la SNCF dans la vente de billets de train

Publié le par Convergence Nationale Rail

Partager cet article

Repost0

Communiqué du collectif de l'étoile ferroviaire de Veynes

Publié le par Convergence Nationale Rail

En interne, l’entreprise projette de suspendre les services ferroviaires de la ligne Grenoble-Gap au-delà de Clelles. Elle invoque de nouveaux ralentissements à venir en 2020. Problème : ceux-ci sont déjà pris en compte dans la grille horaire actuelle.

 

Communiqué - jeudi 11 juillet 2019

 

Alors que les élus macronistes, à l’instar du député Djebbari, continuent de clamer qu’ils ne sont « pas inquiets » pour l’avenir de la ligne Grenoble-Gap, l’État qui se fait tirer l’oreille pour financer les travaux peut compter sur SNCF Réseau pour accélérer son travail de sape. Cette fois-ci, l’attaque est frontale : l’entreprise projette de supprimer purement et simplement les circulations ferroviaires entre Clelles et Gap dès le mois de décembre 2019. Dans moins de six mois. Ce faisant, c’est la desserte ferroviaire des Hautes-Alpes, et au-delà vers Marseille, qui s’apprête à être fermée. Une situation d’autant plus grave qu’au même moment (en 2020) des travaux vont interrompre le train de nuit Paris-Briançon et le TER Valence-Gap pendant neuf mois. Si elle était maintenue, la ligne Grenoble-Gap pourrait pourtant servir de délestage et permettre le maintien du train de nuit.

« Terminus Clelles »

L’alerte a été donnée par le bureau horaire régional (BHR) de Chambéry, en charge de constituer les grilles horaires à partir de l’ensemble des contraintes ferroviaires (vitesses limites sur la voie, croisements, etc.). Officiellement, le service se veut rassurant. Contacté par le collectif ce mercredi, il a indiqué : « on a encore des études à faire mais normalement il n’y a pas de problème. Il faut faire attention aux rumeurs ». Les « rumeurs » sont pourtant sérieuses : elles émanent du BHR lui-même. Et les informations sont alarmistes. Dans un courriel du 4 juillet que le Collectif a pu se procurer, le directeur de la ligne, en charge de la circulation des trains, interpelle sa hiérarchie sur le fait que le BHR l’a informé qu’ : « ils n’arrivent pas à tracer au-delà de Clelles pour le SA 2020 [le service annuel, qui débute dès le mois de décembre 2019]. Ils vont valider le service 2020 en l’état (terminus Clelles), et regarder dans un second temps les possibilités de tracer des trains au-delà de Clelles ». De fait, le directeur adjoint du BHR a confirmé au collectif qu’il était « en train de boucler les projets de grilles horaires ». Rien n’est donc encore définitif, mais le projet de « terminus Clelles » est bel est bien là.

 

Ralentissements anticipés

Problème : en pratique ce projet est techniquement infondé. Toujours d’après le courriel interne, c’est à cause des « minutes supplémentaires demandées par l’Infrapole » que les circulations de train apparaissent désormais impossibles. Or, ces « minutes supplémentaires », qui correspondent à des nouveaux ralentissements sur la voie pour cause d’usure, sont déjà prises en compte… depuis la grille horaire de décembre 2018. Concrètement, toute l’année 2019, les trains ont circulé avec des minutes en plus, pour des ralentissements à venir seulement en décembre. En pratique, « les trains attendent 10 minutes en gare de Clelles ou Aspres, tous les jours, pour rien » explique un conducteur. L’ « Infrapole », le service en charge de l’entretien de la voie, a confirmé au Collectif que les futurs ralentissements vont être mis en place en décembre 2019, et qu’aucun autre ralentissement n’est prévu ou envisagé pour toute l’année 2020. Ces ralentissements, qui vont abaisser les vitesses de 10km/h sur plusieurs portions de voie d’une quinzaine de kilomètres au total, devraient impacter les circulations de 5 minutes environ, sur l’ensemble de la ligne. Soit moins que la marge déjà mise en place en décembre 2018. La direction lyonnaise de SNCF Réseau, contactée ce mercredi, n’a pas répondu au Collectif.

 

Déjà deux trains supprimés, sans raison

Déjà en septembre 2018, le Collectif avait alerté sur cette situation ubuesque : d’un côté, l’ « Infrapole » assurait qu’aucun ralentissement n’interviendrait en 2019 et de l’autre, le BHR martelait que de tels ralentissements lui avaient été demandés par le même service, et qu’il avait dû les prendre en compte. Qui croire ? La direction de SNCF Réseau préférait comme souvent la version pessimiste. Dans une lettre datée d’octobre, elle expliquait doctement au Collectif que « les expertises réalisées concluent (…) à une très forte probabilité de devoir ralentir la circulation des trains en cours d’année pour raisons de sécurité ». Après une année écoulée, force est de constater que la direction s’était trompé de diagnostic et que les techniciens de la voie avaient vu juste : aucun ralentissement n’est intervenu en 2019. L’anticipation de ces ralentissements fantômes n’avait pas été sans conséquence : deux trains ont été supprimés de la grille horaire 2019 entre Clelles et Gap. Cette fois-ci, c’est la survie de la ligne elle-même qui est en jeu. L’État et la Région AuRA qui (aux côtés du Département de l'Isère et de Grenoble Alpes Métropole) viennent enfin de lancer les études de travaux attendus depuis des années, doivent défendre une politique de maintien des trains avant le début des travaux et affirmer leur refus catégorique de toute fermeture, même partielle.

 

 

--

contact@etoileferroviairedeveynes.info

etoileferroviairedeveynes.info

Facebook : @ligne.grenoble.gap

Twitter : @etoileFVeynes

Partager cet article

Repost0

ligne Agen-Périgueux : les usagers se mobilisent

Publié le par Convergence Nationale Rail

Le 8 juillet 2019, usagers de la ligne ferroviaire Agen-Périgueux, syndicalistes cheminots et élus se sont mobilisés en gare d'Agen contre les nouveaux horaires inadaptés imposés par la direction de la SNCF. Témoignage ci-dessous par un article du journal Le petit Bleu d'Agen, et en photos.

Partager cet article

Repost0

1 2 > >>