Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Résumé de l'intervention de la CNR au colloque de Montpellier du 24 mars 2018

Publié le par Convergence Nationale Rail

On trouvera ci-dessous le résumé de l'intervention de Patrick Bacot, président de l'ALF Carcassonne-Quillan, qui représentait la Convergence Nationale Rail au colloque organisé le 24 mars dernier à Montpellier à l'initiative de la députée européenne Marie-Pierre Vieu.

 

-------------------------------------------------------------

1. CNR : qu’est-ce que c’est ?

Association qui a vocation à assembler, agréger et fédérer les collectifs et associations qui luttent, ici contre la suppression de leur(s) train(s), d’une ou x gare(s) d’une ligne, contre le report modal des liaisons ferroviaires sur l’axe défini en 2° partie

2. CNR affirme : « Il faut sauver et développer le service public ferroviaire »

Remarque préalable : de ce point de vue CNR s’oppose à la politique défendue par la FNAUT qui s’est à plusieurs reprises, prononcée pour l’expérimentation de la libéralisation du fer sur une ou plusieurs lignes et globalement soutient la perspective de la mise en concurrence du transport voyageur. La méthode qui est la nôtre procède d’une démarche qui associe à tout combat ferroviaire la question de sa modernisation nécessaire en complément des régénérations ou « adaptations » (rappel de l’exemple développé à la table ronde précédente par Marie Ange Larruy : efficience, ou les trains aux bons horaires avec adaptation de l’infra pour optimiser les temps de cantonnements, la pertinence, ou les arrêts aux bons endroits et la cohérence, incluant la complémentarité des systèmes de transports publics départementaux régionaux et nationaux et complémentarité modales tel trains +…

Notre démarche s’inscrit dans un ensemble de points qui affirment :

· Il faut sauver le climat

· Retrouver une organisation du territoire

· Sauver de vies

· Mieux vivre ensemble

· Sauver les emplois ….ferroviaires et autres… (voir plaquette au stand.)

 

3. Cette démarche à l’issue de notre dernière AG débouche sur un appel manifeste :

Qui affirme : en 11 points des propositions au cœur de l’intérêt général

· Contre la poursuit e du projet politique anti ferroviaire planifiée par les politiques publiques libérales, avec la disparition de son service public,

· pour éviter les remèdes pires que le mal (tarification… contre une politique de destruction générale (transport du fret) qui affecte gravement l’industrie,

· pour une politique d’aménagement du territoire équilibrée et égalitaire et

· contre une politique de précarisation et d’ubérisation de l’emploi et du travail.

Invitation à lire la brochure présentée au stand les 11 propositions étaient présentées

4. Une réflexion qui évolue et se poursuit notamment après le forum association convoqué à l’initiative de la fédé CGT des cheminots.

Cette réflexion se construit sur l’idée d’une nécessaire redéfinition pour l’ensemble des transports d’un cahier des charges tenant compte des enjeux de l’avenir en matière de transport et qui s’articulent autour des questions de l’aménagement égalitaire et harmonieux du territoire, de l’environnement, de toutes les questions liées à l’écologie, de l’accidentologie, de l’économie…, un cahier des charges construit en tenant compte des aspirations des usagers et citoyens.

 

 

A la suite et dans le courant du débat je suis revenu sur les dégâts profonds de la libéralisation en marche en matière de fret et qui opèrent un recul de civilisation très marqué.

Ce n’est pas un combat idéologique modèle contre modèle sans autres conséquences qu’un simple changement de cadre de gestion.

En termes de capacité de l’infrastructure cette libéralisation diminue considérablement les performances.

· La libéralisation des sillons, impose un délai de garantie à chaque opérateur qui réduit considérablement le nombre de sillons disponibles.

· Le sillon c’est un rapport espace-temps qu’on achète, mais c’est aussi une enveloppe dans laquelle on met un convoi, ce dernier s’il résulte du marché, il se réduit souvent à un seul train 350m et 25 à 30 wagons, un opérateur unique détenteur du monopole ferroviaire ça peut aller jusqu’à 750m et 3500t.

· Ce système interdit l’exploitation du transport des wagons isolés (suppression des triages)

· Ce système rigidifie l’exploitation des infrastructures, exemple : un plateau de 42 voies ou s’effectuaient des opérations de triages, et ou, en formation simultanée, en préparation de la desserte d’une zone, là où l’opérateur unique formait 85 trains en 4h00 et triaient 3000 wagons jours , il est maintenant réduit à une piètre activité ou on doit assurer à chaque opérateur une voie de garage, une voie de circulation pour sa machine et une voie de protection du personnel ; total 42 :3= 14. 14 trains sur au moins 42 possibles. Jamais des installations de transbordement fer/route, outre l’espace gigantesque nécessaire à leur création, ne pourront atteindre ce niveau.

Conclusion : la libéralisation est une entreprise de démolition de notre civilisation.

Publié dans ACTIONS de la CNR

Partager cet article

Repost0

Un tract de la CGT à destination des usagers pour la défense du service public ferroviaire

Publié le par Convergence Nationale Rail

Partager cet article

Repost0

Nouvelles de l'ALF Carcassonne-Quillan

Publié le par Convergence Nationale Rail

L'Association pour le maintien et le développement de la Ligne Ferroviaire Carcassonne-Quillan, membre de la Convergence Nationale Rail, tiendra son assemblée générale 2018 le 6 avril. On trouvera ci-dessous la convocation correspondante et plusieurs documents témoignant des activités passées, présentes et à venir de l'association.

Partager cet article

Repost0

Informations des Amis du Rail Azuréen

Publié le par Convergence Nationale Rail

Les Amis du Rail ont participé aux  manifestations parisiennes et niçoises du 22 mars.
Compte rendu par Veronique Muller :         
      

Manifestation à Paris ;

Partis de Nice le 22 mars au petit matin, les Amis Rail Azuréen se sont retrouvés dans le TGV qui transportait les cheminots à Paris. Les amitiés se sont rapidement nouées et invités à leur collation matinale. Un voyage agréable avec les agents de la traction, contrôleurs, personnel des gares et retraités qui emplissaient le train au fil des arrêts de gare. Pour Michel sa première sortie en TGV !  11h00 de voyage : Un vrai baptême !

Notre ambition, manifester notre soutien pour la défense du service publique, redonner vie aux lignes Nice Breil Tende mais aussi les Chemins de fer de Provence et même la ligne Cannes Grasse nouvellement  réaménagée. Elles sont toutes menacées de fermeture sans le soutien financier de l’Etat à la Région PACA. Les usagers ont été les premières victimes des nombreuses restructurations de la SNCF : retards et suppressions de trains, manque de personnel dans les gares (ou fermées), dans les trains… une dégradation constante du service public. C’est entre autres les conséquences du cloisonnement des services par activités.

L’Etat doit revoir sa stratégie, le rapport Spinetta n’est pas une référence.  Pour regagner la qualité de l’offre de transport, il doit exister une véritable coopération entre les différents services SNCF, ce qui implique la réunification du groupe en une seule entité. Nous ne voulons pas ‘d’un chemin de fer à l’anglaise’ !

Tout au long du parcours nous avons eu des échanges avec les actifs qui nous ont expliqué les aléas de leur métier, des anecdotes sur leur carrière lors de parties de belote entrecoupées parfois de paysages singuliers.

Arrivée gare de Lyon, un cheminement et la foule s’agglutine aux portiques d’accès au métro ou RER dont certains s’ouvrent par enchantement ! Nous allons à pied vers la gare de l'Est toute proche c'est là que se forme le cortège. De nombreux manifestants s’affairent, banderoles, trompettes, sifflets et tout l’attirail revendicatif étalé.

Une partie s'est placée devant la gare de l'Est  et une autre sur le boulevard Magenta. Nous avons ouvert avec notre pancarte la marche joyeuse et digne de la région PACA entre des milliers de manifestants! Pétards, torches enflammés, sono à hauts décibels Nous ne sommes pas passés inaperçus !! 

Nous avons été photographiés et filmés tout le long du parcours. Des manifestants et des spectateurs sont venus également nous demander des renseignements sur nos actions. Les Amis du Rail Azuréen se sont fait connaître. Un seul bémol, dommage ! Comme dans toute manif désormais, nous avons droit aux casseurs qui viennent uniquement mettre la pagaille pour le plaisir.

Place de la Bastille, les casseurs une fois repoussés, nous faisons jonction avec les manifestants  de l’Île de France dont j'ai pu voir ; les douanes, les finances, les hôpitaux et plusieurs autres syndicats en grands nombres.

Mais l'heure passe, le retour gare de Lyon pour Nice se fait au galop.

Je voudrais noter également qu'en plus des 47000 manifestants il faut rajouter presque autant de spectateurs tout le long du parcours qui nous ont encouragés.

Merci à nos amis cheminots de nous avoir admis dans leur cortège et mieux faire connaitre ainsi nos revendications d’usagers.

Merci à Véro

 

Pour votre info et en rappel

Les travaux entre Breil et Tende se terminent en principe le 28 avril et la ligne doit à nouveau reprendre du service malheureusement à 40 Km/h. Si les travaux effectués l’ont en partie sécurisée, mais un aléa important survenant la ligne serait à nouveau fermée aux dires de la SNCF. Donc les travaux doivent se poursuivre dans le cadre du CPER 2015/2020 . La Région PACA a voté un budget de 15 M€ au CPER 2015/2020 mais à ce jour il manque la participation de l’Etat 5 M€ et le complément des /collectivités locales soit 1 M€. Le rapport Spinetta, les propos de la SNCF (NM du 28/03) qui affirme « Les Alpes Maritimes et le Var garderont leurs lignes ! » alors qu’ils n’y a aucun nouveau projet de travaux ou de financement d’exploitation en cours qui les pérenniseraient : poursuite des travaux et nouvelle convention sur Nice> Breil –Tende> Cuneo, le projet de modernisation et le remplacement du parc autorail des CP, pas d’offres suffisamment attractives pour redynamiser la ligne Cannes Grasse en perte d’usagers après un  an de fermeture ??? Pour rappeler à l’Etat sa responsabilité dans la bonne marche du chemin de fer, appuyer les parlementaires et élus dans leurs interventions auprès des instances, 

LES AMIS DU RAIL AZUREEN d’entente avec « LE COMITÉ FRANCO-ITALIEN DE LA DÉFENSE DE LA LIGNE DE VIE NICE-CUNÉO-VENTIMIGLIA» organisent ensemble un large rassemblement populaire avec les élus le 29 avril à 10h 45 en gare de Breil/Roya départ prévu gare de Nice TER à 9h 17 le dimanche 29 avril avec l’objectif de :

Finaliser la pérennité de la ligne Breil Tende (Nice > Cuneo)

1°/ conclure la mise en œuvre du CPER 2015/2020 soit au moins 20 M€ avec la participation de l’Italie et le relèvement de la vitesse.

2°/ alerter l’État et les élus financeurs d’inscrire au CPER 2021/2026 un budget correspondant à la normalisation et à la pérennisation de la ligne

3°/ la reprise en urgence des négociations entre la France et l’Italie pour réécrire une nouvelle convention d’exploitation de la section française entre Vintimille et Cuneo.

Améliorer la situation des Chemins de fer de Provence

Débloquer la situation du parc autorail ou l’acquisition de nouvelles rames, Mettre en œuvre le projet de modernisation des CP de la Plaine du Var, développer l’atelier de maintenance et l’intermodalité.

Réactiver la ligne Cannes Grasse : promotions, offres tarifaires dans toutes les communes riveraines etc.

Venez nombreux manifester votre soutien au chemin de fer le 29 avril 10h 45 gare de Breil/Roya

Bien cordialement

 

Nallino Germain

Président

Amisdurailazureen06@free.fr

Partager cet article

Repost0

Analyse de la fédération du Lot du PCF sur la situation du rail français

Publié le par Convergence Nationale Rail

Nous relayons ci-dessous un tout récent communiqué du PCF 46.

-----------------------------------------------------------------------------------------

  • A compter du 3 avril prochain, les cheminots sont contraints d’agir par la grève pour stopper la réforme dogmatique et dévastatrice de la SNCF traitée par ordonnances par le gouvernement.
  • L’ouverture à la concurrence du transport ferroviaire sert de catalyseur pour procéder à la modification du statut juridique de la SNCF, prélude à sa privatisation, à la casse du statut des cheminots, à la disparition des petites lignes organisant le déménagement du territoire.
  • Pour justifier sa réforme, le Gouvernement met en avant la dette du système ferroviaire, dette contractée par la SNCF sur injonction des Gouvernements successifs qui, de fait, est donc une dette d’état. Or, il ne s’attaque pas à ce problème majeur. Au contraire, il le laisse perdurer ce qui, faute d’un financement adéquat, va se traduire par un endettement supplémentaire de 3 milliards d’€ par an.
  • Se posent alors les questions suivantes : En quoi le statut des cheminots serait-il responsable de tous les maux de la SNCF ? En quoi cette libéralisation du transport ferroviaire va-t-elle améliorer la consistance, la qualité et la sécurité du service public SNCF ? En quoi va-t-elle régler le problème de l’apurement de la dette de l’état ? En quoi va-t-elle permettre de remettre à niveau et moderniser le réseau ?
  • En réalité, là où la concurrence est à l’œuvre, la désorganisation des trafics s’est sérieusement amplifiée, la dette s’est creusée sous l’effet des exigences financières toujours plus importantes des actionnaires des sociétés privées qui se sont positionnées sur ce créneau, les tarifs se sont envolés (+ 117 % en Angleterre depuis 1995), le réseau s’est délabré !
  • Le cas du Fret en France est aussi éloquent sur les ravages d’une telle stratégie ! La part modale du Fret ferroviaire s’est écroulée au profit de la route, les déficits se sont envolés y compris dans les entreprises ferroviaires privées, la casse de l’emploi s’est accélérée, sans parler des conséquences économiques et environnementales en particulier pour les territoires ruraux.
  • La balle est dans le camp du gouvernement auquel les organisations syndicales ont remis de multiples propositions alternatives de nature, non seulement à améliorer la qualité du service, mais également à s’engager dans une nouvelle dynamique de développement du trafic voyageurs et marchandises afin de répondre aux besoins des usagers et aux attentes des chargeurs.  Le PCF, de son côté, est aussi porteur d’exigences politiques pour remettre le service public ferroviaire sur les rails.
  • Ma gare, ma ligne, mon train, j’y tiens : SNCF 100 % public. Tous ensemble, faisons dérailler Macron ! La Fédération du Lot du PCF appelle les usagers, leurs associations, les retraités, les élus, les formations politiques de gauche, les citoyens à soutenir ce mouvement et à être solidaires des grévistes.

Partager cet article

Repost0

Compte rendu de l'AG du CODELIAPP du 16 mars 2018

Publié le par Convergence Nationale Rail

Partager cet article

Repost0

Débat public à Biars-sur-Cère samedi 14 avril 2018

Publié le par Convergence Nationale Rail

Deux associations de défense du rail du massif central organisent un débat public dans le Lot samedi 14 avril prochain à partir de 10h pour l'avenir de la ligne Brive-Aurillac.

Partager cet article

Repost0

Samedi 21 avril à 11h : rassemblement en gare d'Épinal

Publié le par Convergence Nationale Rail

Voir ci-dessous les détails de cette action organisée par l'ADLF Nancy-Merrey.

Partager cet article

Repost0

Compte-rendu de l'AG 2018 du CODERAIL et action du 29 mars

Publié le par Convergence Nationale Rail

Le CODERAIL, membre de la Convergence Nationale Rail, tenait son Assemblée Générale 2018 le 24 mars dernier. On en trouvera ci-dessous un compte rendu (voir aussi celui-ci dans le journal La Montagne) ainsi qu'une photographie.

 

Le CODERAIL appelle également à participer jeudi 29 mars prochain (voir l'invitation tout en bas de ce sujet) à une réunion à Montluçon pour la modernisation des lignes de son étoile ferroviaire.

 

 

Compte rendu de l'AG du 24 mars 2018

L'AG du CODERAIL en image

Et le 29 mars 2018, nouvelle initiative à Montluçon !

Partager cet article

Repost0

Les cheminots CGT du Lot-et-Garonne appellent à poursuivre la mobilisation après le 22 mars

Publié le par Convergence Nationale Rail

Partager cet article

Repost0

1 2 3 4 5 > >>