Compte-rendu de la réunion tenue à Périgueux le 12/09/2019 pour la ligne Agen-Périgueux

Publié le par Convergence Nationale Rail

CODELIAPP

Collectif de Coordination pour la Défense de la Ligne SNCF

Agen-Périgueux-Paris

Mairie de MONSEMPRON-LIBOS,

47500 MONSEMPRON-LIBOS

 

 

Monsempron-Libos le 20 Septembre 2019

 

COMPTE -RENDU de la RÉUNION du 12 septembre à Périgueux

9H30 Lycée de Beaufort Périgueux

 

Ordre du jour: Projet d''horaires TER

 

La Région Nouvelle Aquitaine nous a invités à participer à la 2eme réunion à propos des horaires.

 

La séance a été ouverte à 9 h 30, en notre absence puisqu’arrivant par le TER de 9h35 en gare de Périgueux. A notre arrivée, semble-t-il inattendue, bien qu’annoncée en retard pour cause de trajet en train, la salle de réunion a dû être réorganisée, des chaises ne nous ayant pas été réservées.

 

A la reprise des travaux, la SNCF passe ses informations et statistiques. On constate que jusqu'en 2015 la progression de fréquentation de cet axe est importante, puis qu’elle se met à rapidement diminuer au moment où se mettent en place des ralentissements conséquents sur cet axe, ceux-ci augmentant le temps de trajet pour rejoindre Périgueux, ou Agen et pesant négativement sur la fréquentation.

Lors de nos interventions, nous faisons remarquer la perte de 50 % de voyageurs (abonnés) à partir des nouveaux horaires mis en place le 9 décembre 2018. Nous insistons, plus que jamais, pour le rétablissement des horaires antérieurs qui correspondaient parfaitement aux besoins des voyageurs (abonnés) et permettaient d’accéder aux correspondances maintenant impossibles à quelques minutes près.

Ces projets d'horaires annoncés ne tiennent pas compte de nos précédentes demandes. On nous objecte les dégradations des infrastructures, entrainant une diminution des vitesses et empêchant l'augmentation de la fréquentation. La Région se dit bien consciente du problème mais argue que pour l'instant, aucun financement de l'Etat n'est prévu, le Préfet de Région, c'est à dire l'état, interdisant à SNCF Réseau de mettre le moindre euro dans ces axes classés de 7 à 9 (moins de 20 circulations par jour).

Quelles suites données à la visite du Président Rousset, accompagné du Préfet Philizot (chargé de mission par le Ministre du Transport), sur cet axe, le 15 mars dernier ? Pour l'instant statut quo, dans l’attente des résultats du rapport Philizot. Ce dont nous sommes certains, c'est que le Président Alain Rousset refuse toute suppression des petites lignes de Nouvelle Aquitaine.

Il sera alors il sera impératif d'inscrire ses restructurations dans le prochain Contrat de Plan (avant 2021), date fatidique qui pourrait voir entériner la suppression de cet axe. La Région à quand même, semble-t-il, inscrit plus de 500 millions d'euros pour le ferroviaire et pourrait faire des travaux parcellaires pour rétablir une vitesse plus appropriée et ainsi renouer avec la fréquentation.

Nous espérons que le Président Rousset tiendra sa promesse faite en mairie du Buisson de Cadouin le 15 mars dernier et n'acceptera pas la fermeture de cette ligne. Par contre, comment comprendre que l'Etat, propriétaire de ces infrastructures participant à la lutte contre le réchauffement climatique (COP21), veuille transférer ces petites lignes sur des routes déjà encombrées et dangereuses ? Il faudrait de la cohérence chez ces « hauts niveaux ».

Une dernière rencontre devrait se tenir avant la fin de l'année, au cours de laquelle nous sera proposée une synthèse sur ces horaires.

 

Réunion terminée à 12 h 30

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article