Communiqué de l'association Non au CDG Express

Publié le par Convergence Nationale Rail

Report mais… maintien du CDG Express !

Un scandale d’État : le gouvernement choisit les intérêts des riches, contre les conditions de transports des millions d’usagers franciliens !

Nous l’avions annoncé, sur le dossier du CDG Express, le pouvoir macronien était face à un choix de classe !

Même s’il vient de décider de reporter la mise en service en 2025, il annonce par la voix de sa Ministre des Transports, son choix de servir les intérêts de 17 000 voyageurs aisés transportés par jour contre les conditions de transports de millions d’usagers du quotidien (983 000 pour le seul RER B) qui vont continuer de se dégrader !

En clair, le gouvernement et ses soutiens font le choix de « pourrir » la vie de ces usagers captifs pendant de longues années, tant dans la phase travaux dans un premier temps que dans la phase d’exploitation ensuite !

Pour un train qui ne leur bénéficiera pas, les usagers du rail et les riverains vont devoir subir de lourdes nuisances et ce malgré le report de la mise en service : des dizaines de semaines et de week-ends d’interruption, des transferts en bus, des semaines de rupture d’interconnexion, des limitations de vitesse, des allongements de la durée de parcours, des fins de service anticipées à 23H, des travaux repoussés pourtant indispensables comme le remplacement de nombreuses caténaires, le franchissement urbain PLEYEL, etc…

Le report de la mise en service du CDG Express en 2025 ne peut masquer le fait que nous sommes face à un scandale d’État assorti d’un mépris de classe qui malgré les oppositions croissantes venant de tous horizons, le Gouvernement maintient son projet élitiste, ségrégatif, dispendieux !

Devons-nous rappeler que ce projet ne mobilise pour l’heure que de l’argent public, plus de 2 milliards d’euros, montant qui va augmenter, et qu’il ne sera pas accessible à la tarification IDF Mobilités (Pass Navigo, carte IMAGINE’R…). Il va en outre supposer l’expropriation de dizaines d’hectares de terres agricoles dans la zone de Mitry-Mory où déjà les populations subissent les premiers aléas des travaux liés au CDG Express.

On le voit l’argument des JO 2024 n’était que de l’enfumage, ce qui nous conduit à être plus que sceptique sur l’autre argument avancé par la Ministre des transports et d’autres partisans, à savoir le développement de l’attractivité économique de la Région IDF.

Malgré nos nombreuses rencontres, encore hier au Conseil régional IDF, nous n’avons trouvé personne pour nous démontrer la valeur ajoutée qu’apporterait le CDG Express pour une Région qui présente le 2e PIB d’Europe et qui a battu des records de fréquentation touristique en 2018… sans CDG Express !

Au-delà des circonvolutions, des tours de passe-passe, l’acharnement du Gouvernement ne peut s’expliquer que par le lien de causalité qui existe entre le projet de privatisation d’Aéroports de Paris (ADP) et le fait de disposer d’une relation ferroviaire pour voyageurs aisés qui servira d’élément de valorisation financière.

La décision de desserrer le calendrier, de reporter la mise en service du CDG Express porte indéniablement la marque de nos mobilisations, de nos actions de sensibilisation, d’information en direction des populations, des usagers, des élu.es…

C’est une première étape ! Le combat continue ! La messe n’est pas dite !

Nous nous engageons à créer les conditions pour que le scénario 3 que nous portons : abandon du CDG Express et priorité aux transports du quotidien, se traduise dans les faits !

Pour cela nous avons de nombreuses propositions à mettre au cœur des débats et des mobilisations !

Paris, le 29 mai 2019

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article