Communiqué du collectif de l'étoile ferroviaire de Veynes

Publié le par Convergence Nationale Rail

Communiqué - jeudi 26 juillet 2018

 

Ce mercredi, la Région a confirmé au Collectif qu’elle s’engageait financièrement, aux côtés de la Metro de Grenoble et du Département de l’Isère. Mais l’État se fait attendre et donc, les travaux aussi.

Après un long et inquiétant silence, la Région Auvergne-Rhône-Alpes vient de s’engager à payer une part des travaux de la ligne Grenoble-Gap. Dans une lettre adressée aux partenaires institutionnels du Contrat de plan État-Région (CPER) ce 20 juillet, Laurent Wauquiez indique : « J’ai bien noté la position de principe de Grenoble Alpes Métropole et du Département de l’Isère de participer aux travaux. La Région est prête à cofinancer les travaux de régénération de l’infrastructure ». L’engagement nouveau de la Région et du Département a été pris lors d’une réunion de pilotage le 11 juin dernier. Pour autant, rien n’est joué car la somme nécessaire (52 millions d’ici à 2025) n’est pas encore réunie. Et l’État, deuxième partenaire principal de l’opération, donne des signaux franchement négatifs.

État absent

Martine Guibert, la vice-présidente aux transports de la Région, qui est venue rencontrer le Collectif de l’étoile ferroviaire de Veynes à Clelles (Isère) ce mercredi, a expliqué : « On voudrait obtenir une réponse de l’État sur des montants. Jusqu’à maintenant, il ne se positionnait pas sur Grenoble-Gap et mettait plutôt la priorité sur la ligne Valence-Gap ». Elle a néanmoins affirmé : « si l’État n’y va pas, on ira sans eux ». Dans cette dernière optique, d’après plusieurs sources proches du dossier, un des scénarios possibles serait un financement des travaux de Grenoble jusqu’à Clelles, mais pas au-delà. Mercredi, la vice-présidente s’est dite « convaincue de l’intérêt de faire perdurer la ligne dans sa totalité ».

Contre l’amputation de l’étoile de Veynes

Cependant, dans un lapsus, elle a précisé que la ligne mesure 50 kilomètres. C’est en réalité la distance entre Grenoble et la gare de Clelles-Mens (la longueur totale jusqu’à Veynes étant de 103 kilomètres). L’ensemble des élus et des organisations présentes de l’Isère comme des Hautes-Alpes ont rejeté un tel scenario, qui couperait une des branches de l’étoile de Veynes, lui faisant perdre une bonne part de son intérêt de nœud ferroviaire. De fait, d’après les derniers chiffres de fréquentation de la ligne montrent que la moitié des trajets effectués se font avec une correspondance à Grenoble ou Veynes vers une autre direction. Un représentant du Département des Hautes-Alpes a rappelé l’importance du train pour son territoire, précisant que la collectivité vient de voter 0,9 millions d’euros pour financer une part des travaux de la ligne côté PACA.

Discussions interrégionales

Un point rassure : les deux vice-présidents aux transports des deux Régions concernées viennent enfin de se rencontrer, le 3 juillet dernier. D’après Martine Guibert, un comité de pilotage interrégional est prévu pour le mois de septembre. Il réunira les deux Régions, l’État et SNCF Réseau. « Aujourd’hui, on en est à des discussions préalables. On communiquera si des décisions sont actées à ce moment-là ». Par ailleurs, plusieurs collectivités locales et organisations viennent de lancer une dynamique de coopération au niveau de l’étoile de Veynes. Et le Syndicat mixte des transports de l’agglomération grenobloise a réaffirmé mercredi sa volonté de mettre en place un véritable RER entre Grenoble et Clelles-Mens.

En attendant les actes, une action le 28 juillet

Ces signaux sont prometteurs. Reste que concrètement, les travaux les plus urgents, qui doivent être votés en 2018 pour intervenir à temps, sont encore en suspens. Le Collectif, qui a reçu mercredi la vice-présidente en gare de Clelles-Mens avec chanson et banderole, attend donc rapidement des actes. Aussi, d’ici à l’inscription formelle des travaux, et vu l’urgence croissante, il prévoit une intensification de la mobilisation. Dès ce samedi 28 juillet il organise une action d’information auprès des automobilistes, de 10h à 12h, au rond point de Monestier-de-Clermont.

 

 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article